frendeites

L’insurrection

DE LA
Grande Kabylie
EN
1871

Présentation de Alain Mahé


Array
Prix de vente avec réduction
Prix ​​de vente40,00 €
Prix de vente hors-taxe37,91 €
Prix / Kg:
Auteur :
Joseph Nil Robin
Date de parution :
décembre 2018
ISBN :
978-2-35676-120-0
Nbre de page :
453 Pages
Description du produit

Le désastre de Sedan (le 1er septembre 1870) sonna le glas du régime militaire en Algérie. Les colons d’Algérie accueillirent avec enthousiasme l’avènement de la république en France. Ils pensaient qu’elle allait favoriser l’assimilation juridique de l’Algérie et donc lever pour eux les obstacles à l’expansion agraire coloniale. La défaite de Sedan, la chute du second empire puis la Commune (de mars à mai 1871) plongèrent l’Algérie dans un profond désordre. L’arrogance des colonialistes n’eut plus de bornes. Les officiers en uniformes (« les capitulards » de Sedan) étaient pourchassés par les civils lors des manifestations de rue. Le spectacle que les Européens offraient aux Algériens musulmans fit vaciller l’ordre colonial. Seul le «péril indigène» avait justifié jusqu’alors les prérogatives de l’armée dans l’Algérie coloniale. Les civils d’Algérie qui se faisaient fort de maintenir seuls l’ordre colonial allaient vite déchanter. Une insurrection d’une ampleur inédite éclata alors menaçant sérieusement le système colonial. Les militaires français qui administraient le pays ont globalement été rendus responsables de l’insurrection. Selon leurs détracteurs, ils avaient favorisé la concertation des conjurés afin de prouver au gouvernement civil que le pays n’était pas encore suffisamment pacifié pour accueillir de nouveaux colons et justifier l’application d’un régime administratif civil. Autrement dit, les militaires auraient provoqué l’insurrection afin de se rendre indispensables. L’ouvrage de Robin n’écarte pas cette hypothèse.

Mais l’élucidation des ressorts et des différentes formes de mobilisations qui ont encadré l’insurrection est surtout la meilleure façon d’éclairer les recompositions politiques et religieuses qui travaillaient la société algérienne en profondeur. L’insurrection de 1871 a en effet été impulsée et encadrée par deux types d’organisations et de leaders distincts, les uns laïcs, les autres religieux : les Oulad-Mokrani et la confrérie Rahmania. Les premiers déclenchèrent l’insurrection et l’encadrèrent seuls durant vingt-cinq jours, du 14 mars au 8 avril, jour où le cheikh de la confrérie religieuse, Mohamed Chérif Amzian El-Haddad, décréta la guerre sainte. Si la mort du principal leader des Mokrani, El-Hadj Mohammed Mokrani, le 5 mai 1871, affecta peu le cours de l’insurrection, la reddition du chef religieux, le 13 juillet 1871, amena la soumission de la plupart des tribus kabyles qui s’étaient soulevées à l’appel pour le jihad. De sorte que, à partir de cette date, seul le frère de Mohamed Mokrani, Bou Mezrag, qui avait pris la succession de son aîné, poursuivit les hostilités avec un dernier carré d’irréductibles. La bipolarité de la direction de l’insurrection a été soulignée, à juste titre; il nous semble néanmoins que la plupart des historiens ont eu tendance à confondre les mobiles et les stratégies particulières des deux leaders de l’insurrection, Hadj Mohamed Mokrani et cheikh El-Haddad, avec les ressorts qui ont réellement ébranlé les insurgés. Ce sont ces ressorts que l’ouvrage magistral du colonel Robin éclaire.