frendeites

L’Algérie, ses institutions,

son droit à l’épreuve de la colonisation

Array
Prix de vente avec réduction
Prix ​​de vente40,00 €
Prix de vente hors-taxe37,91 €
Prix / Kg:
Auteur :
Claude bontems
ISBN :
ISBN: 978-2-35676-112-5
Nbre de page :
580 Pages
Description du produit

Les vingt-quatre articles contenus dans cet ouvrage forment une contribution à la connaissance de l’histoire des institutions et du droit de l’Algérie. Cette discipline demeure encore lacunaire. Certes il existe une littérature importante sur l’histoire de l’Algérie, mais celle qui concerne la formation des institutions et du droit de l’Algérie contemporaine est marquée par l’absence de grandes synthèses couvrant la totalité de l’histoire algérienne. Seul l’ouvrage de Claude Collot s’efforce de retracer la période allant de l’époque ottomane à l’indépendance ; cependant il ne relate que la mise en place de l’organisation territoriale, des finances et de la justice ainsi que la réglementation de quelques libertés publiques. Disparu beaucoup trop tôt, Claude Collot n’a pas eu la possibilité de parfaire son œuvre. Il a eu cependant le mérite et surtout la grande intelligence de percevoir que l’histoire des institutions et du droit algérien devait être retracée en la dégageant de sa gangue coloniale.

En effet, durant la période coloniale et avec un recul d’un demi-siècle paraissent nombre d’ouvrages qui retracent parfois avec beaucoup de clarté, tel le traité d’Émile Larcher, la genèse des institutions algériennes à l’époque coloniale. Mais le but que se fixent ces auteurs est d’éclairer leur présent colonial à la lumière de l’évolution coloniale. Pour tous les auteurs qui ont écrit entre 1830 et 1962 – voire au-delà – tout commence le 5 juillet 1830. Il faut attendre la fermeture de la période coloniale pour pouvoir entamer une véritable histoire des institutions de l’Algérie et non pas seulement une histoire des institutions algériennes à l’époque coloniale.

Claude Bontems a succédé à Claude Collot comme professeur d’histoire du droit à la Faculté de droit d’Alger de 1969 à 1975. Il s’est essayé à poursuivre le travail de son devancier qui était au demeurant un ami de longue date : ils s’étaient connus en 1961; il a poursuivi cette œuvre en introduisant l’histoire des institutions de l’Algérie au sein de cet établissement. Sa présence à Alger a donné naissance à un Manuel des institutions algériennes de 1518 à 1870. Le second volume n’a pu voir le jour. Cependant, les divers articles publiés dans ce recueil constituent une forme de prolongation, incomplète, de cet ouvrage qui n’a pas connu son achèvement. Rédigés entre 1972 et 2012, ils ont tous trait à la formation des institutions administratives algériennes ou à la compréhension du droit applicable à l’Algérie au XIXe et aux débuts du XXe siècles. Ils s’inscrivent dans le nouveau courant qui s’efforce de reconstruire l’histoire institutionnelle de l’Algérie en s’affranchissant de certains présupposés procédant du passé colonial, mais sans minimiser l’importance de ce dernier.

Claude Bontems, historien du droit, professeur émérite à l’Université Paris-Sud (1975-2007), a longtemps enseigné dans le cadre du diplôme d’études approfondies d’anthropologie africaine de l’Université de Paris (1985-2006) et a été professeur à la Faculté de droit d’Alger de 1969 à 1975.