frendeites

Le commerce du blé

entre l’Algérie et la France
xvie-xixe siècles


Array
Prix de vente avec réduction
Prix ​​de vente40,00 €
Prix de vente hors-taxe37,91 €
Prix / Kg:
Auteur :
Ismet Touati
ISBN :
978-2-35676-113-2
Nbre de page :
610 Pages
Description du produit

L’Algérie, un pays de corsaires, c’est l’image longtemps entretenue dans le récit historique et l’imaginaire occidental, pour désigner ce pays durant les trois siècles qui ont précédé l’occupation française.

Depuis, dans la période post-indépendance, quelques historiens se sont engagés, à travers leurs travaux et sous différents aspects, dans un processus de déconstruction de cette version du fait historique.

L’objet de cette étude s’inscrit dans cette démarche et vise plus particulièrement à démontrer que si, en effet, la course algérienne avait eu une place importante dans l’évolution de l’économie du pays dès le début du XVIe siècle, la tendance va se renverser dès la fin du XVIIe siècle, pour laisser place à un essor important de la production de blé et de son exportation notamment vers la France, principal client de l’Algérie dans le commerce du blé.

Au-delà de cette démarche critique, l’ouvrage vise à mettre en lumière l’impact qu’ont eu les exportations de blé sur l’évolution de l’Algérie, notamment sur la crise globale qu’a connu le pays à partir du début du XIXe siècle, en raison de conflits internes, mais aussi de la prise en otage de l’Algérie par les deux grandes puissances de l’époque : la France et l’Angleterre.

Pour mener à bien cette étude, de nombreuses sources ont été utilisées dont les registres du Bureau de la Santé du port de Marseille afin d’élaborer une statistique de la commercialisation du blé sur une période de 120 années, donnant ainsi à ce travail de recherche un caractère inédit dans les études sur l’Algérie à l’époque ottomane.

Ismet Touati est chercheur au Centre National de Recherches Préhistoriques, Anthropologiques et Historiques (CNRPAH) en Algérie. Cet ouvrage est issu de sa thèse de doctorat soutenue à l’Université de Paris-Sorbonne (Paris-IV) en 2009.