frendeites

Couv Robin 0x200Notes historiques sur la Grande Kabylie de 1830 à 1838

La collection « Bibliothèque d’Histoire du Maghreb » de la dynamique maison d’édition Bouchène a été récemment créée pour rééditer des textes oubliés, peu connus ou inédits concernant l’histoire du Maghreb. La première salve de réédition cible les textes d’un officier des Bureaux Arabes, Joseph Nil Robin (1837-1918), qui a passé vingt deux ans de service en Algérie : ce temps lui a probablement permis de prendre connaissance d’une documentation turque concernant l’histoire de la Kabylie, d’avoir accès à l’aide des officiers interprètes connaissant le turc (le connaissait-il lui-même ?) et grâce aux sources indigènes orales (en kabyle) qu’il a pu collecter lors de ses nombreuses années d’exercice. La grande Kabylie sous le régime turc est une partie de l’ensemble des deux mille pages que cet officier a rédigées jusqu’à la fin de sa vie. Parus dans la célèbre Revue Africaine entre 1873 et 1875, ces textes constituent aujourd’hui une source intéressante pour l’histoire politique et sociale de la région pendant la période ottomane, histoire sur lesquelles les sources européennes sont peu abondantes et lacunaires. Ils nous donnent une masse d’informations sur la vision que les Kabyles avaient du pouvoir turc : non pas la représentation longtemps admise d’une relation de conquête et d’exploitation, mais une coexistence labile entre les institutions politiques et administratives du pouvoir central et le maillage des solidarités et des clientèles locales. Les quatre articles sont précédés d’une présentation, par Alain Mahé, de l’auteur, du contexte historique, et de l’acquis historiographique sur les rapports de pouvoir dans la Kabylie ottomane ; ils fournissent matière à nuancer à la fois le manque de sources et la vision admise d’un pouvoir ottoman militairement incontesté et fiscalement dominateur dans la Grande Kabylie du XVIIIe siècle. Sous la plume d’un officier des Affaires Indigènes, ce constat aurait dû faire mouche... mais il semble que ces textes n’aient eu aucune audience. Ce qui rend ce savoir historique reconstitué intéressant à redécouvrir, à condition toutefois de prendre en considération les conditions de son élaboration. En reconstituant un savoir historique sur la grande Kabylie et en nous permettant de la redécouvrir à la lumière des thèses récemment soutenues, cette collection de textes nous invite également à réfléchir aux conditions de leur élaboration. La conquête militaire et politique de l’Algérie s’est doublée d’une entreprise de connaissance du territoire, de la population, des formes du pouvoir.

IRMC, Correspondances n°56 mai-juin 1999