frendeites

Notes historiques

sur la Grande Kabylie de 1838 à 1851


Présentation de Alain Mahé


Prix de vente avec réduction
Prix ​​de vente20,00 €
Prix de vente hors-taxe18,96 €
Prix / Kg:
Auteur :
ISBN :
978-2-35676-080-7
Nbre de page :
250 Pages
Description du produit

Le principal intérêt de la période 1838-1851 tient aux recompositions politiques qui affectent la Kabylie. Abd El-Qader n’est plus là pour contrarier les dynamiques endogènes à la société kabyle. Pour autant, la conquête d’une grande partie de l’Ouest et de l’Est algérien provoque l’afflux, en Kabylie, de nombreux chérifs et autres maîtres de l’heure (moulsa‘a) qui rêvent de prendre la tête du djihad. Du fait du caractère inexpugnable de ses montagnes et de la densité démographique de ses nombreux villages, la Kabylie apparaît alors comme le môle à partir duquel la résistance peut reprendre et se redéployer. Mais si ces insurgés parviennent à rallier les plus exaltés, ils contrarient également les dynamiques locales : celle à l’œuvre dans la Rahmania qui ne tardera pas à donner sa mesure et surtout, celles à l’œuvre au sein des quelques grandes familles qui intriguent pour se tailler des commandements en profitant des offres des généraux français incapables de conquérir seules les tribus kabyles et, plus encore, de les administrer une fois vaincues.

Le colonel Robin a su exploiter systématiquement et avec discernement toutes les sources provenant des archives militaires françaises — ordres généraux, journaux de marche, proclamations, rapports divers, correspondance entre belligérants, etc. En outre, il a lui-même recueilli, tant auprès des soldats français que des Kabyles, de nombreux témoignages pour compléter son information, précisant ainsi les noms de lieux, de villages, de protagonistes.

Les chroniques de Robin représentent le plus riche gisement de données biographiques de Kabyles du XIXe. Aucun autre ouvrage ne livre comme le sien autant de portraits. Et au-delà de ces portraits, inégalement détaillés, ce sont des centaines de personnages qui apparaissent dans ces chroniques au détour d’un coup de main, d’une bataille, d’une intrigue de sof, d’un conflit local. Autant de situations toujours contextualisées et localisées. C’est dire que loin des récits convenus de la conquête coloniale, les notes de Robin sont une source précieuse qui donnent une large part à une anthropologie en temps de guerre.