frendeites

L'Algérie révélée

La guerre de 1914-1918 et le premier quart du XXe siècle


Nouvelle édition revue et corrigée

Préfacé par Pierre VIDAL-NAQUET

Post-préface de André NOUSCHI

Prix de vente avec réduction
Prix ​​de vente35,00 €
Prix de vente hors-taxe33,18 €
Prix / Kg:
Auteur :
ISBN :
978-2-35676-041-8
Nbre de page :
780 Pages
Description du produit

Un grand livre d’histoire, incontestablement, que celui de Gilbert Meynier. Si le mot dialectique a un sens, ce dont, à voir l’usage qui en est fait, je ne suis pas toujours persuadé, c’est un livre profondément dialectique. Un livre, d’abord, qui sait jouer sur l’immobile et sur le changeant. « Le colonialisme, disait Jean-Paul Sartre, est un système ». Et certes, le système est en place avant comme après la Première Guerre mondiale. Avant comme après, il y a deux sociétés superposées, le droit des uns qui exclut le droit des autres. Avant comme après, la représentation « algérienne » au parlement français est exclusivement européenne. Économiquement, la dépendance reste la même. C’est à peine si l’on peut parler, par la suite des difficultés des communications avec la métropole, d’un début d’industrialisation. Devant la misère, la maladie, la mort, les deux sociétés restent, avant comme après, fondamentalement inégales, et ceci bien qu’il s’agisse – et c’est bien le drame – de deux sociétés complètes. Comme le dit fort bien Gilbert Meynier, après la guerre, « dans les grandes lignes, pour le pouvoir colonial, rien n’a changé. En fait, tout a changé ». Pierre Vidal-Naquet De la guerre est sortie une Algérie nouvelle que les dirigeants coloniaux et aussi français ne veulent pas voir tant ils sont attachés aux schémas d’un passé dépassé. L’exemple le plus vivant me semble Viollette qui attaque les communistes dans les années 20 et devient plus tard « Viollette l’Arabe », diront certains en 36, mais qui, lors de la guerre d’indépendance algérienne, se rangera du côté de « l’Algérie française ». Rude épreuve pour l’Algérie coloniale; elle a mis à nu des forces nouvelles et aussi des hommes nouveaux. Merci donc à G. Meynier de nous faire toucher, en ce centième anniversaire du début de la Première Guerre mondiale, plus de trente ans après la première édition de son livre, les forces profondes nées en quatre ans ; quatre ans aussi de cécité pour les dirigeants français d’Alger et de Paris. André Nouschi Né à Lyon en 1942, Gilbert Meynier a été professeur de lycée en France et en Algérie, maître de conférences d’histoire contemporaine à l’université de Constantine (1968-1970), maître de conférences puis professeur à l’université de Nancy II (1971-2000). Il travaille depuis 1968 sur l’histoire de l’Algérie contemporaine et collabore à plusieurs revues, dont la revue oranaise Insaniyat, et aussi Confluences Méditerranée et Raison présente. Il a participé à nombre de colloques et fait des conférences – en France, mais aussi en Algérie, Allemagne, Italie, Royaume-Uni... Il a contribué à mettre sur pied le colloque international des 20-21-22 juin 2006, « Pour une histoire critique et citoyenne. Le cas de l’histoire franco-algérienne ». À Lyon, aussi, il collabore au cycle de conférences « France-Algérie. Les chemins de la Rencontre » comme représentant de la Cimade, en partenariat avec d’autres associations. Il collabore, à Paris, à l’iReMMO (Institut de Recherche et d’Études Méditerranée-Moyen-Orient), et à Lyon, au FORSEM (Forum de Solidarité Euro-Méditerranéenne).